Comment réviser lorsqu’on a l’impression de déjà tout savoir ?

 

Si une certaine lassitude vous envahit lorsque vous relisez vos notes, si vous pensez avoir fait le tour des points les plus importants, mais que vous désirez rendre une excellent copie (et avoir une très bonne note), voici quelques suggestions qui pourraient vous aider…

1. Vérifier que vous savez vraiment

Si vous lisez votre cours ou vos notes en vous répétant ‘oui… je sais… ça aussi’, ce n’est pas du tout une bonne méthode pour évaluer votre niveau réel de connaissances. Regardez plutôt un plan détaillé du chapitre et voyez si vous pouvez dire de quoi chaque paragraphe parle, les enjeux principaux, les notions clés, les dates ou les formules importantes. Vous pouvez d’ailleurs faire la même chose avec une mind map. Si vous êtes capable de reconstituer les plus importants éléments de votre cours, vous savez probablement déjà tout! Si si. Vous pouvez aussi bien arrêter de lire cet article ici: je vous garantie, sauf catastrophe, une note correcte à l’examen. Mais que faire si vous voulez ce petit plus, cette étincelle qui fait les excellentes copies ?golf

2. Approfondissez les détails

Retournez à la source votre cours, vos notes ou bien votre manuel. Regardez par quelques petits détails simples vous pourriez enrichir votre copie. Cela peut être par le nom d’un théoricien, une anecdote sur ses découvertes, ou bien un épisode ou une conséquence mineure. Rien de central ni d’indispensable, juste toutes les centaines de petits détails qui font qu’une science est complexe, riche et en mouvement. Regardez par exemple les encadrés de vos manuels, ils font souvent un « zoom » sur un épisode particulier qui n’est pas traité dans le texte principal.

3. Enrichissez vos exemples et vos illustrations

Sortez à présent des supports de cours classique et allez flâner dans votre cerveau et vos souvenirs. Vous souvenez d’un exemple particulier, cela vous rappelle-t-il quelque chose? Essayez de trouver d’autres exemples que ceux proposés dans le cours. En marketing, par exemple, on va vous proposer l’exemple d’une publicité jouant sur tel ou tel aspect d’un produit. Trouvez d’autres publicités jouant sur le même « filon », ou d’autres entreprises, d’autres épisodes, d’autres expériences, d’autres phénomènes… Si, lors de votre examen, vous citez un exemple intelligent, bien trouvé et qui n’est pas dans les manuels, le correcteur le remarquera et pensera que vous assez assimilé le cours et que vous avez su le lier à vos propres connaissances.

4. Faites exploser vos perspectives

C’est peut-être une mauvaise tournure de mon esprit « intégrateur » mais j’adore voir tous les liens possibles entre plusieurs disciplines, et même en inventer, même dans des cas plus douteux et improbables. Les liens peuvent être logiques, naturels et tout à fait pertinents (par exemple, un chapitre d’histoire et une étude de texte de français: l’oeuvre est écrite dans un contexte, l’auteur y raconte ce qu’il vit, par exemple) ou bien totalement loufoques (ce cours de biologie sur la reproduction humaine me rappelle les Liaisons Dangereuses de Laclos…). Tout peut être lié, et tout va vous aider à mieux retenir et discerner comment les disciplines et les domaines s’imbriquent… Vous construirez alors  votre « big picture » !

Et vous, avez-vous tendance à tout simplement arrêter d’étudier quand vous pensez « savoir »? Comment en le vérifiez-vous? Ou bien allez-vous plus loin si vous en avez les ressources et les capacités?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :