Archives de Catégorie: Rédiger

Exemple de plan: lettre de motivation BTS, DUT, prépa, master

Bonjour ! Tout le monde est plongé dans la rédaction de ses lettres de motivation pour rendre les dossiers d’admission-postbac… Et la question est de taille: que faut-il dire dans sa lettre de motivation ? Voici un exemple de plan, parmi tant d’autres, sur lequel vous pouvez vous appuyer pour lancer votre candidature et lui donner toutes ses chances !

 

Votre nom
Votre adresse
Votre numéro de téléphone
Votre adresse email

Nom du responsable de la formation si vous le connaissez
Nom de l’établissement auquel vous postulez
Adresse de l’établissement

Objet: candidature [Insérer ici le nom de la formation à laquelle vous candidatez]

A [Lieu], le [Date]

Madame, Monsieur (si vous avez mis le nom du responsable, choisissez entre Madame et Monsieur, ne mettez pas les deux)

Introduction: dans un grand maximum de 2 lignes, introduisez votre lettre, votre candidature et son objet. Dites qui vous êtes, ce que à quoi vous postulez, et précisez que cette lettre a pour objet de convaincre le destinataire de votre motivation et de vos aptitudes à réussir.

Première partie (en 2 ou 3 paragraphes): Ici, parlez de VOUS sous 3 aspects. D’abord, universitaire: citez des cours et des enseignements qui vous ont plu et qui sont en rapport direct avec la formation que vous visez. Par exemple, vous postulez en DUT Informatique, citez vos cours de terminale en rapport avec l’informatique. Ensuite, extra-universitaire: parlez de vos activités personnelles, en association, dans un club, dans votre temps libre, toutes ces choses qui montrent que vous avez une passion pour la chose. Par exemple, si vous postulez pour un BTS en diététique, mettez en valeur le fait que vous êtes abonné à tel magazine ou bien que vous participez aux réunions de telle association. Enfin, personnel: citez les qualités personnelles, expliquez en quoi votre caractère vous permettra de réussir dans la formation. Quelques mots-clés: organisation, travail, gestion du temps, enthousiasme, passion,…

Seconde partie (1 paragraphe): Ici, parlez de la FORMATION. Essayez de mettre en valeur les cours qui vous intéressent, et de les relier avec vos expériences passées, en montrant par exemple que vous avez déjà abordé le sujet ou que vous mourrez d’envie d’en savoir plus sur tel sujet. Montrez que vous vous êtes documentés sur la formation, et expliquez ce qui vous a séduit: les enseignants sont des professionnels, la formation est en apprentissage, l’établissement est renommé ? Certains cours rares y sont dispensés ? A vous de trouver les arguments pour prouver que vous vous êtes renseignés.

Troisième partie (1 paragraphe): Reliez VOUS + FORMATION. Montrez ce que la formation vous permettra d’accomplir: c’est ici qu’il faut parler de son projet professionnel ! Soyez précis, énumérez des domaines même si vous n’êtes pas certains de votre choix. Cela montre que vous avez un projet et que vous voulez réellement le réaliser. Quelque chose comme “Ce DUT me permettra, à terme, de réaliser mon projet professionnel: en effet, je souhaite construire une carrière dans l’aéronautique/les manèges mécaniques/la comptabilité analytique en tant que chef de projet/responsable des ventes/chef des responsables des ventes”, même si cela reste vague, est très apprécié.

Salutations: Remerciez votre destinataire de son attention et dites que vous espérez l’avoir convaincu. Sincères salutations, signé, emballé, c’est pesé !

1032589_66449761

ATTENTION

-Soyez précis. Citez précisément les projets que vous avez mené, ne dites pas “les cours que vous proposez m’intéressent” ou bien “mes nombreuses expériences m’ont permis”. Dites le nom du cours qui vous intéresse, expliquez en quelques mots ledit projet.

-Cela découle du principe précédent mais: PAS DE BLABLA. Non, non pas de blabla. Demandez-vous si la phrase que vous venez d’écrire est vraiment personnelle ou si n’importe quel candidat aurait très bien pu l’écrire. Ecrivez une lettre qui montre en quoi vous êtes UNIQUE !

-Soyez bref. JAMAIS plus de 2 pages, et moins d’une page c’est encore mieux. Ecrivez quelque chose de percutant, net et clair. Faites des phrases courtes, utilisez la ponctuation.

 

Vous trouverez sur cet article quelques autres conseils pour écrire votre lettre de motivation: https://waladex.files.wordpress.com/2009/03/1032589-664497611.jpgla-lettre-de-motivation-pour-entrer-en-bts-iut-prepa-man/

Bonne chance 🙂

Publicités

La lettre de motivation pour entrer en BTS, IUT, prépa, MAN…

En ce moment, les bacheliers sont en plein de le choix de leurs filières d’études supérieures pour l’année prochaine. Un grand nombre d’entre elles demande une lettre de motivation pour juger du sérieux du candidat. Voici quelques pistes de réflexion, qui pourront peut-être vous aider, même si je suis consciente que des tonnes de sites existent déjà sur le sujet !

Demandez-vous pourquoi vous êtes un meilleur candidat que les autres

Il y a quelque chose à propos de VOUS qui fait de vous une personne exceptionnelle et particulièrement adaptée à cette filière d’études supérieures. Répondez en quelques mots à la question “Pourquoi vous prendrais-je vous plutôt qu’un autre ?”. Si vous savez mettre en valeur un ou deux très forts éléments, c’est gagné ! Ils seront les pivots de votre lettre de motivation.

Faites vous corriger par quelqu’un du domaine/par quelqu’un de professionnel.913907_48709071

Un adulte du milieu/votre conseiller d’orientation/quelqu’un suivant des études supérieures dans la même branche que celle que vous voulez suivre sauront quels sont les termes à employer, les mots qui font “tilt” à l’oreille du directeur de la formation. N’hésitez pas à citer des activités précises, qui montreront à quel point vous vous êtes documentés sur le sujet.

Faites d’abord une liste des qualités que possède le candidat idéal, absolument parfait, qui sera pris à coup sûr.

Par exemple, pour le MANAA (Mise A Niveau Arts Appliqués):
– de bonnes notes dans les matières générales
– une option arts plastiques
– l’appartenance à une association ou un club de dessin
– des stages ou des expériences dans le milieu artistique
– une activité “personnelle” artistique
– une personnalité sensible et travailleuse, mais aussi de bonnes capacités en communication

Ensuite, à vous de montrer en quoi votre profil colle à cette représentation idéale. Même si il vous manque quelques points, essayez de montrer à quel point vous en êtes proche !

Formulez la politesse

Regardez sur Internet (par exemple, cet article est bien fait ou bien encore ici) comment se commence et se termine une lettre de motivation. N’écrivez surtout pas (comme mon colocataire l’a fait…) “Bonjour Madame”. Même si cela vous paraît plus poli et plus sincère, cela ne se fait pas ! Montrez à quel point vous êtes déjà mature, professionnel, bref que vous êtes génial. Sachez qu’il existe des formules de politesse pour les hommes et pour les femmes, ainsi que d’une femme à un homme ou d’une femme à une femme… Compliqué tout ça !

Projet d’avenir

Demandez-vous, si vous aviez à choisir votre métier à présent, en quoi il consisterait. Dans quels domaines, quels seraient vos responsabilités, votre quotidien ? Qu’est-ce que, au plus profond de vous, à quoi aimeriez-vous occuper vos journée de 9h à 18h ? Expliquez, dans votre lettre, en quoi vous pourrez atteindre ce projet grâce à la filière d’études supérieures pour laquelle vous postulez.  Montrez que vous avez une idée plutôt précise de votre avenir, et que vous êtes motivés pour le réaliser !

Voilà quelques idées pour nourrir un peu la réflexion… Je n’hésiterai pas à reposter sur le sujet si cela intéresse !

Vous trouverez ici un plan type de lettre de motivation pour entrer en BTS, DUT, prépa, master et toutes les filières sélectives de l’enseignement supérieur:

https://waladex.files.wordpress.com/2009/02/913907-487090711.jpgexemple-de-plan-lettre-de-motivation-bts-dut-prpa-master/

Comment rédiger un rapport d’avancement ?

Si vous faites partie d’un projet scolaire ou universitaire de longue haleine, comme les TPE, les TIPE, un mémoire, un stage, il peut être utile d’emprunter certaines pratiques professionnelles pour vous les approprier et en tirer le meilleur. Le mois de janvier marque le milieu de l’année scolaire et est un bon moment pour rédiger un bilan d’avancement de votre projet. Je viens de le faire moi-même pour mon propre mémoire, et j’ai trouvé la démarche très instructive pour moi-même, et très utile pour mon directeur de mémoire.

Un bilan (ou rapport) d’avancement rend compte de vos progrès, de vos réflexions, de vos erreurs. Son objectif est de vous éclaircir l’esprit sur ce que vous avez déjà accompli et les champs de recherche qui vous sont encore ouverts. De plus, il permet au professeur qui vous suit d’apprécier votre avancée et votre motivation !529999_81765483

Rappel du sujet

En quelques phrases, rappelez votre sujet et votre approche.

Recherches documentaires

Résumez, en quelques paragraphes, les principales découvertes bibliographiques que vous avez faites. Par exemple, si un article a été particulièrement intéressant, ou si vous avez découvert de nouvelles notions dans d’autres livres, etc.. Rendez compte de ces découvertes de la manière la plus synthétique possible, c’est très utile pour vous rendre compte de ce que vous avez réellement appris. Personnellement, j’ai découpé cette partie par thème: j’ai d’abord fait une liste de tous les thèmes pour lesquels j’ai fait des recherches bibliographiques, puis je les ai développé l’un après l’autre.

Résumé de l’avancement

Montrez ce que vous avez écrit, quels sont les chapitres pour lesquels vous avez un plan précis par exemple. Si vous faites des interviews, ou bien une expérience pratique, parlez-en également. Avez-vous contacté les personnes nécessaires, rassemblé le matériel ? L’expérience a-t-elle déjà été faite ? Avez-vous des premières conclusions ?

Problèmes rencontrés et solutions apportées

Pas la peine de vous étendre sur cette partie, mais évoquer les problèmes que vous avez rencontré est un bon exercice, même si le rapport d’avancement n’est destiné qu’à vous-même. Détaillez les problèmes et comment vous y avez fait face, et si vous n’avez trouvé aucune solution, donnez quelques pistes de réflexion qui pourraient vous aidez. Par exemple, pour mon mémoire, j’ai dû lire certains papiers très mathématiques pour lesquels je n’avais pas le bagage suffisant. Ma solution a été de comprendre uniquement le principe mais de ne pas m’attarder sur les démonstrations algébriques.

Evolution du plan général

Votre plan évolue avec vos recherches, et vous y avez sûrement fait d’importantes modifications. Insérez donc dans votre rapport d’avancement le plan le plus précis possible, avec autant de niveaux de parties que vous le pouvez. Insérez même les sources spécifiques pour chaque partie.

A venir

Finissez-par votre plan d’actions pour les prochaines semaines: ce qu’il vous reste à faire, ce que vous devez corriger ou repenser, etc.. Une liste suffira, mais ajoutez-y des dates butoir pour ne pas être pris de court par le temps !

Prise de notes efficace, rapide et utile ! La méthode Cornell

Comment prendre des notes ? Je me pose cette question à moi-même tous les ans, à la rentrée ! Cette année, j’ai découvert la méthode de prise de note Cornell. Je vais la tester dans les prochaines semaines, mais elle peut à mon avis s’avérer très efficace et surtout peut me faire gagner du temps.

1. Choix du papier: dans le système de prise de notes Cornell, le papier utilisé est du papier imprimante classique, une feuille blanche A4. Je ne suis pas tellement fan de ce genre de papier, surtout si on n’en a pas l’habitude: difficile d’écrire droit ! Je propose plutôt des feuilles doubles ou simples, perforées, avec petits carreaux.

2. Séparez la feuille comme suit, d’après la méthode Cocornellrnell:

Dans la partie rouge, en haut de la feuille: les références “administratives” de la feuille. C’est-à-dire la matière, la date, le numéro de page.

Dans la partie bleue, à droite de la feuille: c’est votre partie classique de prise de notes. Ecrivez en utilisant des abréviations, des listes à puces ou des tirets, et en gardant le plus important de ce que dit le professeur. N’oubliez pas tous les exemples pourtant, ils peuvent aider à se souvenir d’un point mal compris.

Dans la partie verte, à gauche de la feuille: pendant le cours ou après le cours, relisez votre feuille et écrivez les questions auxquelles le contenu de vos notes répond. Par exemple, si cette page fait la biographie de Nicolas Sarkozy, les questions dans la partie verte peuvent-être “Quand est né Nicolas Sarkozy ?” ou bien “Quelles sont les premières étapes du parcours politiques de Nicolas Sarkozy ?”. Les questions doivent être précises : ce sont elles qui vous aideront à réviser ! Vous pouvez aussi utiliser cette zone pour y lister les mots-clés ou les points importants de vos notes. Lors de vos révisions, cachez toutes les autres parties et répondez à voix haute aux questions de révision. C’est en quelque sorte une fiche de révision déjà intégrée à votre feuille de cours ! Gain de temps considérable: pas besoin de faire des fiches à part, vous pouvez même les faire pendant le cours !

cornell_remanieDans la partie jaune, en bas de la feuille : un résumé ultra-condensé de la page. Par exemple, la formule clé, le nouveau mot de vocabulaire, la loi énoncé… C’est vraiment le plus important à retenir !

Je vous propose une deuxième disposition, que je trouve peut-être plus appropriée et qui donne moins d’espace aux questions de révisions:cornell_remanie2

 

Dans cette deuxième version, les notes prises pendant le cours ont plus d’espace. Personnellement, j’utiliserai également la partie orange pour en faire une liste de mots-clés utilisés, ou de personnages importants.

On pourrait de même imaginer, si vous travaillez avec un manuel de référence, des notes prises sur le livre pour compléter les notes prises en cours. Dans ce cas, on pourrait mixer les deux solutions:

Alors, quelle solution vous semble la meilleure ? Je m’en vais réfléchir à une méthode de prise de notes, sur ce modèle, dans les cas où les professeurs utilisent des power points pendant la classe, et qui vous laissent le soin de les imprimer…

 

Plus d’informations sur la méthode Cornell:

http://www.davidtouvet.com/blog/archives/2007/02/11/cornell-notes-une-methode-pour-prendre-des-notes-sur-papier/

http://en.wikipedia.org/wiki/Cornell_Notes

http://profjourde.wordpress.com/2007/04/19/une-methode-de-prise-de-notes/,

Le plan ultime de commentaire de texte pour le bac de français

exam Après avoir adoré le français en première, avoir obtenu une très bonne note à l’écrit, j’ai été prof particulier pour une élève il y a un an. J’ai pu voir à quel point le français peut sembler vague et nébuleux… et à quel point tout peut devenir clair et magique au final ! Voici quelques trucs « secrets » qui peuvent vous mener vers une très bonne note pour le commentaire de texte aux épreuves de français.

Voici le plan que je vous propose :

  1. Les apparences
  2. Les explications
  3. L’ interprétation « profonde »

Les avantages de ce type de plan :
Ce n’est pas un plan linéaire, horreur, malheur. Un plan linéaire suit l’ordre du texte, est juste un peu simplet et ne donne pas une très bonne impression de vous.
Ce n’est pas un plan thématique : les plans thématiques peuvent être très bons, le problème c’est qu’ils ne fonctionnent pas avec tous les textes.
C’est un plan « axes de lecture », qui peut marcher avec tous les textes. Un axe de lecture c’est comme mettre un écran rouge sur le texte et ne voir que le rouge, puis mettre un écran bleu et ne voir que le bleu…

La bonne technique c’est de vous mettre dans la peau d’un enfant de CP, d’un élève de première puis d’un expert en littérature.

1. Les apparences : l’enfant de CP

Pour cette première partie, lisez le texte d’un air niais. Demandez-vous quel genre de texte c’est, quelles impressions il vous inspire. Est-ce un dialogue entre deux amis ? Est-ce une description romantique d’un jardin ? Est-ce un texte argumentatif ? Est-ce un conte ? Une fois cela fait, demandez-vous comment vous l’avez découvert. Est-ce la forme du texte, son but, l’utilisation de certaines tournures, de certains champs lexicaux, de certaines figures de style ?

I. Un conte classique
a. Le personnage du prince et de la princesse
b. Une description d’un château
c. Le vocabulaire du Moyen-Âge

2. Les explications : l’élève de première

Maintenant que vous savez de quoi il retourne, essayez de creuser un peu plus… Qu’est-ce que l’auteur veut vous faire comprendre ? En quoi son texte s’inscrit-il dans un certain mouvement ? Qu’il y a-t-il de caractéristique, d’original ? Ne vous contentez plus de description, approfondissez votre analyse, expliquez les sous-entendus.

II. Un passage romantique
a. Le clin d’œil à Hugo
b. Les stéréotypes du romantisme
c. L’hyperbole comme expression de la nostalgie

3. L’interprétation profonde : l’expert en littérature

Pour la dernière étape, concentrez-vous sur le sens profond du texte. Demandez-vous pourquoi ce texte est-il important ? Est-ce qu’il a changé quelque chose ? Est-ce qu’il défend une idée, un idéal ? Quel est son lien avec le monde réel ? Est-ce la critique d’un régime, d’une doctrine ? Ou l’éloge d’une valeur ?

III. Un appel vibrant à la tolérance
a. La symbolique des noms
b. L’allusion à l’anecdote XYZ
c. L’implication de l’auteur

Et voilà ! N’oubliez pas une belle introduction, qui montre que vous avez trouvé le texte différent, important, et que vous avez compris pourquoi on vous faisait étudier celui là et pas la Comtesse de Ségur. La conclusion, avec une chouette ouverture sur l’auteur, le genre, la critique… Les choix sont infinis !

Et vous, vous faites comment pour le commentaire de texte ? Vous avez un plan miracle ? Vous avez des difficultés ?